Glencore expulse une communauté par la force

Au Pérou, 40 policiers et employés de Glencore ont tenté d’exproprier des populations autochtones de leurs terres d’Alto Huarca. Objectif: agrandir l’espace de prospection de la mine Glencore Antapaccay. COMUNDO dénoncent de telles pratiques et soutient à cette fin l'initiative pour de multinationales responsables.

Glencore vertreibt indigene Bauern gewaltsam von ihrem Land

Le 3 avril dernier, la communauté autochtone d'Alto Huarca dans la région d'Espinar a été attaquée par des employés et le personnel de sécurité privé de la compagnie minière Glencore accompagnés de la police nationale péruvienne. Les communautaires refusant de quitter leurs terres ont été violemment blessés.
Le coordinateur local de COMUNDO, José Ramiro Llatas Pérez, avocat spécialisé dans les droits humains et le journaliste péruvien Vidal Merna ont tous deux été témoins des agressions. Ils estiment à huit le nombre de blessés. "Glencore veut forcer la communauté quechua d'Alto Huarca à abandonner ses terres pour s'étendre dans cette région, en complète violation des droits des peuples autochtones", condamne le coordinateur.
Il n'est pas rare que les droits fonciers des populations autochtones ne soient pas suffisamment documentés, ce qui est souvent une porte ouverte aux multinationales à s’accaparer les terres. Cela est seulement possible du fait de la passivité d'un État qui permet la conclusion d'accords entre la police et les entreprises conduisant à des abus comme ici à Espinar.
Pression sur les entreprises
Les événements d'Alto Huarca ne sont qu'un exemple parmi d'autres de violations des droits humains commis par des multinationales. Des règles contraignantes sont aujourd’hui nécessaires pour garantir que toutes les entreprises respectent les droits humains et adhèrent aux normes environnementales internationales. C'est pourquoi COMUNDO soutient l'initiative pour des multinationales responsables qui exige un devoir de diligence et vise à donner aux victimes la possibilité d'intenter une action en justice devant les tribunaux suisses.
L’adoption de l’initiative serait un premier pas vers une exploitation minière plus responsable et apporterait à des pays comme le Pérou un développement économique plus durable. Dans ce domaine, la Suisse porte une grande responsabilité : 20 à 30%du commerce mondial des matières premières est géré par des entreprises basées à Zoug ou à Genève.

Plus d'informations sur la campagne multinationales responsables

Plus d'informations sur l'évenement le 2 mai 2018

Inscrivez- vous à la newsletter

Rendez-nous visite sur notre page Facebook

Suivez -nous sur Twitter